jeudi, octobre 20, 2016

Hillary Clinton Vs Donald Trump Ou Le Jeu Du Poker Menteur...



« Le problème avec les plaisanteries politiques, c'est qu'elles finissent par être élues" Henry Cate VII.


- Quelle plaisanterie amère, pour ne pas dire macabre ! Pour ceux qui n'ont pas compris cette mise-en scène hollywoodienne, il faut savoir que Hillary Clinton ou Donald Trump, c'est du pareil au même. Autrement dit, le retour de la même politique belliqueuse que celle du tandem néfaste - Bush père et fils avec leurs conseillers extrémistes sionistes!

N’avoir pour choix de vote, que deux « plaisantins » qui font rire et pleurer, cela ressemble à un complot ! Regardez donc comment Donald Trump s'est donné toutes les cordes pour se pendre, en facilitant ainsi à Hillary Clinton la réalisation de son ambition ultime : devenir la première femme président des Etats-Unis! Je n’ai rien contre Hillary C, sinon son image glaçante et son rire sardonique face au carnage de Kadhafi et la destruction de la Libye. Mais aussi sa fameuse marche à la tête des manifestants sionistes de New-York pour soutenir le massacre de Gaza par Israël en Juillet 2014… Disons-le clairement, elle et Trump sont soumis corps et âme au sionisme radical de Netanyahu, ce qui augure des jours sombres pour les Palestiniens... et le monde arabo-musulman!

"En politique, rien n'arrive par accident. Si cela arrive, c’est qu’il était prévu de cette façon. " (Franklin Roosevelt).

Exactement comme Trump, jouant le rôle de la brute, se caricaturant jusqu'à la nausée, comme s'il le fait volontairement ... Pendant que l'autre, en tant que femme,  renforcée par le sexisme  et la misogynie de l’idiot blondasse,  elle apparaît comme « la Mater Dolorosa » de  la nation, non sans avoir  tous les banquiers et les médias derrière elle!
  
En effet, le comportement de Trump est si surréaliste, qu'il semble que nous faisons face à une « mise-en-scène »  politique  destinée à faire élire à tout prix Hillary Clinton.
Parce qu’il n’est pas possible d'être si stupide pour se mettre à dos  les Noirs, les femmes et les musulmans du monde ... sauf si  c’est pour donner le beau rôle à Hillary. N’oublions pas que leurs deux familles  étaient très intimes jadis. Alors à  quel jeu de bluff assistons-nous ? Sachant que l’avenir du monde est pour ainsi dire lié à la gouvernance des US, il y a de quoi s’inquiéter.

«Mon rêve est de lieu et de temps où l'Amérique sera de nouveau considéré comme le dernier espoir de la terre» (Abraham Lincoln)

Pauvre Abraham Lincoln  qui doit se retourner dans sa tombe! Malheureusement votre Amérique a perdu son âme en se perdant dans les guerres au nom de la sécurité d'Israël, au lieu de la sécurité de ses propres enfants ... Votre beau pays est devenu le symbole  de la peur, du racisme et des guerres  aussi meurtrières  qu' injustes en soutenant les bourreaux contre les victimes. Nous aussi, avons aimé le «mode de vie américain» dont vous aviez rêvé. On n’oublie pas la formidable jeunesse américaine  qui  s’était soulevée contre la guerre du Vietnam,  ainsi que le soutien  extraordinaire de J.F.Kennedy  à la lutte du peuple algérien pour sa liberté nationale.

La grande Amérique telle qu’on l’a aimée, est révolue. Otage idéologique d’Israël et psychologiquement sous « influence » du sionisme, le peuple étasunien à perdu tout sens du jugement, jusqu’à tomber dans le cauchemar  Trump-Clinton. Mais nous aussi, y sommes en plein dedans !  Tels des derviches tourneurs tout autour de la terre,  nous scrutons l'horizon à la recherche de l'être humain comme vous, pour  restaurer l'Amérique d'autrefois, celle de l'espoir, la justice et la paix. Dommage pour l’élimination de  Bernie Sanders, il aurait pu être le bon choix  pour  une Amérique, plus fraternelle, pacifique  et juste.

Par conséquent, si Hillary Clinton est élue, elle devrait être reconnaissante  à Donald Trump, qui lui aura  offert  la Maison Blanche en jouant le singe du cirque de la démocratie à l’américaine.    

HILLARY CLINTON Vs DONALD TRUMP : THE GAME OF LIAR'S POKER


« The problem with political jokes is that they get elected “   (Henry Cate)

A bitter, even macabre joke! Because Hilary Clinton and Donald Trump, means the return of the fatal tandem Bush father and son with their extremist Zionist councilors!
To have chosen both, it seems as a plot!  Look at that Donald Trump giving himself all the ropes to hang itself, so facilitating to Hillary Clinton the realization of his crazy ambition: becoming a first woman president of the USA!

“In politics, nothing happens by accident. If it happens, you bet it was planned that way.” (Franklin Roosevelt) … As Trump, playing the role of the brute,  caricaturing himself  until the nausea, as if he made  it  deliberately…  And the other one, as woman  strengthened by  the sexist, misogynist  fair moron, appears  as the kind of  " Mother dolorosa "  of  the nation, with all the bankers and the media behind her!
  Indeed, the behavior of Trump is so surrealist, that it seems that we face a plot of the Establishment to make elect at all costs Hillary Clinton. Because it is not possible to be so stupid, by antagonizing the blacks, the women and the Muslims of the world ... unless it is the purpose to make Hillary win. What a game of bluff

“My dream is of place and time where America will once again be seen as the last best hope of earth » (Abraham Lincoln )
Poor Abraham Lincoln must be turning over in his grave! Regrettably dear great man, your America lost its soul by getting lost in wars in the name of the safety of Israel, instead of the safety of his own children ... Your beautiful country became the symbol on earth of the fear, the racism and the inequitable deadly wars by supporting executioners  against the victims. We too, who loved the " American way of life " about which you dreamed, and that of the tremendous American youth who raised itself against the war of Vietnam, and our random access memory of J.F.Kennedy supporting the  struggle of the Algerian people for his  national freedom.
So today, in full nightmare Trump-Clinton, - we are like whirling dervishes all around  the earth, scrutinizing the horizon in search of  human being like you,  to restore us America of former days, that of the hope, justice and peace. Too bad for Bernie Sanders, who was the right choice to restore the confidence in the world  to the United States...

Therefore if Hilllary Clinton is elected, she should be grateful to Donald Trump! We can say that he will have brought her the White House on a gold dish .

dimanche, octobre 16, 2016

PALESTINE : L'Alpha et l'Oméga ( suite)


PALESTINE : l'Alpha et l'Oméga...

La justice est l’alpha et l’oméga de la sécurité et la paix
Nous étions quelques uns à avoir cru – fraternité                                                                                        Et encore quelque uns à croire
Harold, Léa, Jacques, Eva, Rona, Ilan, Ethel
Nous avions la foi des justes de l’espoir
Contre cette apocalypse universelle
Pro-messe inique dans les grimoires
 Des faucons d’Israël.
 Extrait conférence A. Lemsine - « Haus der Kulturen der Welt » (Berlin, 1998).                              
***
Fragment du chapitre « Palestine » de mon livre « Ordalie des Voix ».
 ...........
« - Et maintenant, comment dire la Palestine ? Je marche sans répit. Cette quête par les chemin d’Arabie m’a menée vers ce pays comme un cri… dans ce livre ouvert tel un procès à huis clos de barbelés.

هاجر – Hajar ! Hajar ! Derviche tourneur dans le désert aride de l’iniquité du monde… Hajar vers quelle voie ? Vers l’apocalyse mondiale qui naîtra un jour, de l’injustice faite autour de ta terre. Et dont la cause sera la folie de tes arrogants tourmenteurs… Comment faire parler la Palestine ? Me voici aussi démunie, hésitante et perdue comme lors du début de ce voyage, quand je craignais mes découvertes. La page blanche ! Et pourtant j’ai vu, écouté et recueilli des centaines de témoignages. J’ai cherché les Palestiniens, dans chaque pays arabe où j’arrivai. Dans tous les camps où ils vivaient sous le sceau terrible de « réfugiés ». La page blanche ! J’ai marché partout et me voici nulle part.

Soudain, les pages des douze pays, entassées devant moi, se mettent à voler partout. Toute la pièce semble être un aimant buvant mes pages écrites. La course recommence dans une gesticulation désespérée. Les pages s’éloignent d’un seul mouvement imperceptible. Un nuage de cendres tombe en flocons gris dans la chambre qui se fond dans un espace infini. Chaque volute chutant du ciel devient une tente sur la terre. Les tentes se multiplient. Elles sont serrées les unes contre les autres, faisant une surface ondulée, géante, roulante à perte de vue… La terre n’est plus visible sous les millions de ces linceuls à pans rigides. La mer n’est qu’un immense trou vide, si profond dans son insondable vide. Les douze pays ne sont plus qu’un désert d’intensité aride. Tout est silence, immortalité souveraine ……………………………………………………………………………
Subitement une ombre avance et hèle ma peur.
- Juliette Naef Zaka! Raja Abou Hassan Amacha! Chadia Abou Ghazala! Amal Badawi! Ihssen Abou Abbas! Maysoun Nooman ! Ihssen Khallil ! Heloua Zidan! Hayet Belbessi ! Mountaha el Hauran !
 Lina Naboulsi ! Dallal Moghrabi ! Taghrid el Batma ! Amal ! Hana !Mariam ! … Moi !... Et Moi !      
 Ces noms claquent dans l’immobilité du temps. Tous martyrs aux corps éventrés à la source de leurs vingt ans. --

 Témoignez ! Témoignez ! Crie une voix plus forte. Les mots de HELOUA ZIDAN, parviennent à mon attente tremblante : - Deir Yassin… N’oublie pas. Begin y inaugura le massacre – par ce petit village paisible afin que la Palestine soit vidée de ses habitants. Des familles vivaient là, sur mille dounoums. Elles étaient sept cents personnes nourries de leurs produits agricoles et laitiers. Non loin de notre village, une carrière produisait les pierres les plus belles du pays, connues sous le nom « pierre Yassin »…
 Ce soir-là, il y avait un mariage chez nous. Une grande joie emplissait tous les logis. Les femmes se paraient de leurs plus belles toilettes pour aller à la fête. ».

 HAYET EL BELBESSI intervient : - J’avais vingt ans. Je venais de réussir à mon examen final de l’Ecole Normale. Nommée institutrice à Deir Yassin, je quittai ma ville natale de Jérusalem pour rejoindre mon nouveau poste. Je vins habiter chez Set’Heloua Zidan. Ici, quelques familles juives formaient un voisinage apparemment pacifique. Quand les troubles commencèrent dans le pays, les uns et les autres s’étaient promis de demeurer unis et de se protéger mutuellement en cas de danger, afin de ne pas laisser les étrangers introduire la haine chez eux. Mais hélas ! Derrière leurs sourires, ces familles avaient déjà reçu pour mission d’endormir la méfiance de leurs voisins arabes, tout en s’apprêtant à les tuer par traîtrise. -Ce soir-là, nous avions veillé tard à cause de la fête. A vingt deux heures nous étions tous couchés et les femmes trop fatiguées, s’étaient endormies encore parées de leurs plus beaux bijoux …
Quand soudain l’horreur s’abattit durant notre sommeil. Je me réveillai sous le vacarme d’un mitraillage crépitant, infernal. J’accourus à la terrasse, je vis Set’Heloua en train de tirer avec un vieux pistolet tout rouillé. Son mari et ses fils, gisaient sans vie à ses pieds. La pauvre femme avait pris leur place pour tenter de défendre le reste de la famille. Les hurlements stridents des enfants terrorisés ponctuaient cet enfer, et dans les ruelles du village, le sang rougissait l’herbe tendre du sol. Set’Heloua me cria de fuir. Mais je mis un foulard blanc sur mon bras en y dessinant une croix et me précipitai dehors où les gens tombaient durant leur fuite désespérée… Les femmes aux ventres déchirés à l’arme blanche, tels des pétales écarlates jonchaient les trottoirs sur les seuils de leur maison. Une de mes petites élèves s’accrocha à ma jupe pour m’entraîner vers son père qu’un soldat venait de jeter vivant du haut de son balcon. Je ne pouvais rien pour lui, il était déjà mort. Je m’affairais à réunir les enfants dans l’école, pensant qu’ils y seraient en sécurité. Mais les Juifs semblaient être possédés de folie sanguinaire, bourreaux exaltés par le regard d’épouvante de leurs victimes. La meute n’épargna pas même l’école dans laquelle toute ouverture fut bouchée par les flammes de l’incendie allumée par la horde des tueurs. Les enfants asphyxiés moururent brûlés dans un hymne funèbre de hurlements. Pendant que je courais de tous côtés, j’aperçus la vieille hadja OUM MAHMOUD. Je l'avais reconnue à son éternelle robe verte brodée ; elle était étendue tel un étendard froissé. Une femme en uniforme était penchée sur elle, en train de voler ses bracelets et colliers.

Soudain deux soldats me firent face. Je n’eus pas le temps de faire demi-tour que déjà le feu me brûlait le dos. En tournoyant sur moi-même avant de tomber, je remarquai qu’ils devaient avoir mon âge.

 MOUHTAH EL HOURANI, quinze ans. -Je suis de Jenine près de Naplouse. En 1975, durant une manifestation, les soldats sionistes nous menacèrent de marcher sur nous avec leurs chars si nous ne nous dispersions pas. Je n’ai pas bougé du milieu de la rue. De toute manière, je ne pouvais pas faire un mouvement tant le sol semblait être soudé à mes pieds. La terre elle-même retenait ma fuite. Ils avancèrent lentement, froidement sur mon corps et leurs roues firent craquer mes os en malaxant mes chairs avec la racine profonde de la Palestine. C’est pourquoi, j’ai des mains partout aujourd’hui et demain.

LINA EL NABOULSI, dix-sept ans. - Durant une manifestation en 1976, je fuyais les soldats qui nous couraient après… L’un d’eux me rejoignit dans une maison où je voulais me cacher et tira à bout portant sur ma poitrine. Mon amie BENT EL KHAYAT derrière moi était tombée évanouie. Elle fut transportée à l’hôpital où on l’acheva.

DALLAL EL MOGHRABI, dix-huit ans. -Moi, j’ai été la première jeune fille palestinienne à avoir mené une opération militaire baptisée « Martyr Kamel el Adwan / Groupe de Deir Yassin ». J’ai pris en otage un autobus à Tel-Aviv en 1978… et ai exhibé sous le nez des passagers le drapeau Palestinien. Les sionistes réussirent à me blesser. Encore vivante, je fus lynchée, et démembrée sous leurs bottes. Mais vois-tu, je suis une victime inachevée, de lumière et de pierre dans les mains des petits enfants quand ils sont face aux soldats d’occupation. Nous sommes partout en Palestine, je couche dans les chemins creux, dans la bouche, dans les voix de ma patrie et jusque dans la menotte des enfants Palestiniens quand ils brandissent des pierres vers les nouveaux nazis de mon peuple. Nos traces soulèveront d’autres pas, jusqu’à la libération de la Palestine.
……………………………………..
Une voix rauque, solitaire, s’élève dans un débit haché, saccadé et entrecoupé de gémissement. Elle apostrophe ma détresse.
-Je suis SAÏD MANSOUR, j’ai vingt-cinq ans. De Naplouse du village de Kafr’Qalil. A la fin de mes études d’ingénieur au Caire, j’ai obtenu une proposition de travail au Koweit. Mais avant de rejoindre mon poste, je désirais voir ma famille en Palestine. C’était en avril 1982 … Après quelques jours de bonheur auprès des miens, je me préparais à repartir, pour cela, il me fallait retirer mon autorisation de sortie, du siège du gouvernement militaire. Là-bas, après l’interrogatoire, les militaires me présentèrent un document à signer. Selon celui-ci, je devais désavouer toutes les organisations « terroristes Palestiniennes » et déclarer que je sympathisais avec les occupants sionistes. Mes papiers attestaient que j’avais été étudiant et qu’un travail m’attendait en bonne et due forme au Koweït, mais eux tenaient à ce que je leur atteste mon allégeance. Je refusai. Les coups commencèrent à pleuvoir. Après de longues heures de passage à tabac, tourmenté par la soif, je réclamai à boire. L’un d’eux urina dans un bol qu’il jeta sur mon visage… Ensuite ils m’attachèrent aux barreaux d’une fenêtre avec des ressorts d’acier. Je restai ainsi suspendu durant toute une journée, pendant que le fouet claquait sur mon corps nu. Je m’évanouis plusieurs fois. Mais quand l’électricité se relaya à mon enfer, mes forces m’abandonnèrent pour m’emmener dans un départ définitif de ce lieu maudit inventé par les Jufs sionistes. Mon père me cherchait partout. Finalement les militaires lui dirent que j’étais à l’hôpital. Là, il fut conduit à la morgue, où on lui proposa de « choisir » parmi les morceaux épars dans les tiroirs. Entre les troncs, visages et membres en bouillie, mon pauvre père reconnut mes pieds, à une déformation particulière de mes orteils… Le reste ma famille te l’expliquera… Tous mes organes avaient disparus… Ma tombe ne contient que mes pieds…
Mais, tu vois, je suis entier devant toi, va, écris. Témoigne ! N’oublie pas !

 Le ciel s’étrangle dans un bleu cyanosé. Il n’était plus qu’une chape de plomb suspendue sur la terre. Une rumeur s’approche, s’amplifie comme celle de plusieurs adolescents en promenade.

- Mars 1982. Nous sommes quatre jeunes gens du village de Saint Gil entre Ramallah et Naplouse. Nous avons choisi ce coin de la clairière non loin de chez nous, pour nos révisions, car le baccalauréat est pour cette année. Soudain un groupe d’hommes surgis d’on ne sait où ! … Ce sont des « colons sauvages ». Ils se mettent à nous insulter. Un des assaillants tire sur nous. Le plus jeune de nos camarades tombe, ils le croient mort, aussi, ne s’occupent-ils plus que de nous trois. Ils nous encerclent. Battus jusqu’à l’évanouissement, ils nous trainent par les pieds, en fuyant les parages. Notre camarade, blessé légèrement a fait le mort, ainsi a t-il pu se sauver et donner l’alerte. Depuis nos familles n’ont plus jamais retrouvé nos corps… Mais nous continuons d’exister dans des jours aussi grands que notre innocence et de l’existence éternelle de la Palestine. Ils ont le présent, nous avons l’avenir…

Sans transition, un violent coup de tonnerre renverse l’ordre présent. Des gens surgissent. Leurs visages sont visibles, alors qu’il fait sombre partout. Ils parlent tous dans un même souffle de fureur :

 -Pas seulement Deir Yassin ! Mais aussi les massacres des villages de : Tele’t el Mountar ! Kafr’ Kassem ! Qibia! Nahalin! Samou’ ! Qalqilia! Khan Younès! El-Lajoun! Tantoura ! Tabaria! … Des milliers de civils, massacrés durant leur sommeil, avec la même cruauté et traîtrise que Sabra et Chatila au Liban ! Nos villes et villages rasés, les cimetières profanés, creusés aux bulldozers et transformés en Kibboutz ! Leurs villes sont construites sur nos morts. Leurs maisons suintent de notre sang, Leur esprit est habité par nos fantômes. Nous occupons leur conscience avec nos cris. Morts-vivants, ils sentent nos cadavres. Ils ne connaitront jamais de paix.

Mais la vie est en face de moi. Tu vois comme je vois avancer cette petite fille fragile mais décidée à vivre. Ecoute encore une fois :
 - Je suis la fille de NAJIB EL HALABY et de FATIMA. Je suis née à Fakhani quartier de Beyrouth le 17 juillet 1981 à onze heures. Ma nationalité ? Palestino-libanaise. Mon lieu de résidence : le Croissant Rouge. Je voudrais saluer tous mes enfants du monde afin qu’aucun d’entre eux ne fasse jamais partie de cette minorité qui tue… J’étais dans le ventre de ma mère quand est arrivé le premier avion sioniste de fabrication américaine qui transportait la mort et la destruction. Ma mère est morte sur le coup par les éclats de la bombe tombée sur notre maison. Morte sur le coup en me donnant la vie. Ainsi mon certificat de naissance a-t-il été signé par le pilote Juif sioniste qui a accompli sa mission. Je suis née entre deux raids. Ma mère est morte durant le premier et j’ai vu le jour durant le second. Alors on m’a nommée : Palestine. »
***

Cet extrait ne représente qu’une partie du chapitre concernant l’enquête précise basée sur des documents et des témoignages d’anciens prisonniers, de réfugiés dans les camps de Beyrouth, Syrie et Jordanie, ainsi que des personnalités politiques et intellectuelles connues durant cette époque de l’avant et après l’invasion du Liban par Israël. Ayant été, une des rares, sinon la seule à rapporter dans les détails, les tortures pratiquées par Israël à l’encontre des palestiniens, ainsi que mes rencontres avec des chefs religieux islamiques, parmi les plus « problématiques », on comprendra combien Ordalie des Voix » encore d’une actualité brûlante.
 Car les blessures de la Palestine, élargies à plusieurs pays du monde arabe, étaient déjà annoncées dans mon livre.

jeudi, octobre 06, 2016

LE CHAOMAIN : L'esprit Global Chaotique Est En Marche...

                     Intelligence Artificielle, Rêve et Réalités : Conflits entre Individus et Sociétés 


A. Benmohammed : Le Chaomain

Un pamphlet fulgurant !   
Ce livre écrit au scalpel contre la pensée de servitude et ses serviteurs, démontre point par point «  Le drame des humains à l'entrée du nouveau millénaire ». L’auteur est  chercheur scientifique, enseignant universitaire dans les sciences physiques est aussi, un intellectuel engagé et un infatigable éveilleur de consciences.  Il se bat pour la diffusion du savoir et
Combattant l’irrationnel, et l’obscurantisme. Son dernier ouvrage,  cultive, enseigne en apportant à l’esprit stimulation et connaissances.

J’ai lu avec jubilation, ce texte fracassant les mythes, comme peu d’auteurs n’osent en écrire aujourd’hui, de peur de tomber sous les fourches caudines du politiquement correct. Ici quelques phrases à méditer : « Nous devons combattre non seulement le Mal diabolique, mais aussi, et surtout le Bien divin. Les dieux diaboliques vivent à nos dépens. Ils nous conservent dans un territoire grâce à des institutions séductrices ayant des lois, des prisons, des écoles, des lieux de plaisirs divins, de la consommation à crédit… »
Tout au long des plus de 300 pages, la puissance d’exister  terrasse la théorie du complot, et démystifie la pensée de ceux qui ont provoqué la catastrophe à cause de leur prétention d’être de droit divin les maîtres d’une vie qu’ils exploitent sans se soucier de la connaître. «  Il ne suffit pas de partir dans un « Djihad-Croisé » contre un monde d’injustices, de mensonges et de crimes en déversant des croyances discursives suicidaires ». 

 Aussi, le lecteur est-il entrainé dans les fouilles de la mémoire de siècles de dialogues,   et d'influences littéraires  et psychologiques (comme l’effet du Hamlet Shakespeare sur Freud pour élaborer sa théorie du complexe d’Œdipe). Justement, le pseudo inventeur de la psychanalyse, est magistralement démystifié par l’auteur, qui par ailleurs aide à mieux comprendre les travaux de Charles Darwin.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Et d’autres lignes suivent, toujours redoutables de lucidité, comme celle-ci :   
« Nous devons déconstruire notre mental en examinant les doctrines qui nous habitent comme la psychanalyse qui a tous les ingrédients de la modernité, mais uniquement par le langage plagié sur des croyances. »
Un livre, comme je vous le disais, véritable  kaléidoscope de toutes les sciences sociales ;  la  physique, mathématiques ; biologie, et  jusqu’à la littérature ne cesse d’interpeller le lecteur dans son intelligence et sa conscience  qu’il en devient  le héros du texte. Survolant  les idées des écoles socratiques, des cyniques, des stoïciens, des Cyrénéens, des Epicuriens, Platon ou Aristote, jusqu’à la Modernité et postmodernité, on arrive au CHAOMAIN, l’auteur dévoile enfin son projet : « 
  : « Le CHAOMAIN n’est pas un paradigme de plus sur l’Être. Il ne désire pas donner une image pessimiste de plus sur le déclin et la fin d’un monde malade ni prophétiser sur ce qui va arriver. Il nous ouvre la voie d'un projet potentiel : se libérer de son mental platonique pour s’ouvrir vers la réalité neurogénétique. . Son objectif est de nous emmener de l'inconscient à l'impensée ».
Qu’est-ce que l’impensée ? « Elle est rêve, écrit-il, « Elle utilise le rêve comme une langue de créativité neuronique.  L’impensée nous permet de reconnaître  de nouvelles autres retrouvailles afin de féconder le regard et qui veille, qui songe, et qui rêve. Le rêve est le gardien de l’insoumission. La Crypte est le dernier garant de sa liberté… » .   Ce qui est à mon sens est  une invite au réveil, à renverser notre « vision »  des évènements, seule possibilité d’échapper  à un avenir fait de violence totalitaire et destructrice.
Voilà tout le dessein humaniste, de A. Benmohamed, ’un auteur qui a compris que nous vivons dans une époque sans contenu, dans un monde à l’envers qui ressemble à l’enfer, mais pour qui, l’homme est à délivrer et éduquer.

Un livre magnifique, pour cogiter, que je ne peux que vous recommander !


*Commandez ce livre chez Les Éditions Médias-Index : Rue Mohamed Hadjar Staoueli, Alger, Algérie,Phone: (+213) (0) 21 394 604 Fax: (+213) (0) 21 394 604
Disponible dans :
  • la maison de la presse, el biar
  • la maison de la presse Alger grande poste
  • la librairie minuit tabac Alger centre
  • librairie sawssen ouled fayet